DR
26 juin 2017  / Voyages

Islande, holiday on ice

Smaël Bouaici
26/06/2017

L’Islande est devenue hype, et pas seulement grâce aux performances de son équipe de football lors de l’Euro 2016 en France. À trois heures d’avion de Paris, la terre de glace est le spot idéal pour un trip déconnexion en pleine nature avec une offre culturelle qui prend du muscle.

Le premier bonheur en Islande, ce sont les files d’attente, hyper fluides. Avec 300 000 habitants, rien n’est surchargé, et à l’aéroport de Reykjavik, on atteint sa navette en un temps record. Il ne fait pas si froid non plus : même en plein hiver, les températures ressenties restent décentes. Les Islandais sont plutôt chaleureux, comme ils l’ont démontré dans les stades français l’an passé, ils parlent tous anglais et le taux de criminalité est quasi nul. En revanche, la vie y est chère, insularité oblige : privilégiez les logements collectifs en ville, louez une voiture et faites les courses à plusieurs. Pour les refuges et gîtes lors de vos excursions, réservez le plus tôt possible, les places sont rares et chères, surtout en juillet-août.

 

Les piscines géothermiques


Blue Lagoon, Islande (c) Ragnar Th. Sigurdsson

C’est une passion islandaise. Qu’il gèle ou qu’il vente, les locaux se rendent chaque semaine dans la quinzaine de piscines géothermiques de la capitale, chauffées par des sources d’eau chaude naturelles. Au lendemain d’une soirée compliquée, c’est le meilleur remède contre la gueule de bois. Les piscines possèdent une dizaine de bassins autour de 40 °C, avec saunas et hydromassages qui vous détendent parfaitement. Bon à savoir : les Islandais suivent des règles d’hygiène très strictes. Pour aller encore plus loin dans la détente, il faudra vous déplacer au célébrissime Blue Lagoon, dans une zone volcanique à 40 min au sud-ouest de Reykjavik. Une station thermale où l’on a construit un lac artificiel au milieu des champs de lave, avec une eau riche en sels minéraux et silice, entre 30 et 40 degrés. Pas étonnant qu’il s’agisse de l’endroit le plus visité du pays.

 

En pleine nature


Thingvellir (c) DR

Les trois quarts de la population islandaise habitent à Reykjavik. Si le but de votre voyage est l’immersion en pleine nature, louez une voiture et sortez de la ville : très vite, il n’y aura plus personne autour de vous et chaque région de l’île possède des attractions naturelles splendides.

 

Les aurores boréales


DR

C’est le gros challenge pour tous les touristes. Pour voir les fameuses aurores boréales, il faut s’extirper de la pollution lumineuse. Plusieurs promoteurs proposent des excursions, sur terre ou sur mer, sans garantie d’assister au spectacle de ces capricieuses lumières vertes créées par le bombardement des particules solaires dans l’atmosphère. Si vous ne les voyez pas, vous pourrez y retourner gratuitement le lendemain – sans plus de garantie. Les conditions les plus propices se trouvent en hiver, par une nuit fraîche et claire.

 

Le Golden Circle


Geysir Strokkur ferdamenn (c) DR

L’Islande n’est pas très grande, mais vous n’aurez pas forcément le temps de tout faire si vous ne restez qu’un long week-end ou une petite semaine. Une option efficace : le Golden Circle, trois attractions naturelles situées dans le même coin, à visiter dans la même (longue) journée. Dans le Sud-Ouest de l’île, à 60 km de Reykjavik, on trouve le geyser originel, situé dans le champ géothermique de Geysir, qui projette de l’eau à quelque 30 mètres – parfois plus, parfois moins. Et mieux vaut ne pas s’approcher de trop près. Là où les Américains auraient installé des gradins, ici, on s’assoit par terre, séparés de l’eau bouillante par une corde haute de 30 centimètres. Ensuite, le circuit vous mène jusqu’aux sublimes chutes de Gullfoss et le parc national de Thingvellir National Park.

Tout au nord de l’île, le lac Myvatn vaut aussi le détour, avec sa “cascade des dieux”, comme le Vatnajökull, le plus vaste parc national d’Europe, situé sur une calotte glaciaire. L’Islande permet aussi d’entreprendre un voyage au centre de la terre (ou presque) en pénétrant dans un tunnel de lave d’un kilomètre de long. L’Eyjafjallajökull, le massif du fameux volcan qui avait bloqué la circulation aérienne mondiale en 2010, est situé dans le Sud de l’île. Son sommet est accessible en quatre heures de randonnée que vous ne regretterez pas.

 

Des festivals alléchants


Harpa Center (c) DR

Si vous avez besoin d’un prétexte pour visiter l’Islande, deux festivals vous le fourniront.

C’est à Reykjavik que le légendaire festival catalan Sónar a choisi de se décliner. Un export en terre de glace qui permet aux Islandais de voir tout un tas de têtes d’affiche. Et un excellent argument pour partir en bande assister à une programmation gargantuesque et impeccable, dans une salle à l’architecture folle, le Harpa Concert Hall à Reykjavik (au mois de février).

En juin, c’est le moment du Secret Solstice Festival, toujours à Reykjavik, avec la perspective de faire la fête pendant trois jours sous le Soleil de minuit (à cette latitude, le soleil ne se couche pas durant le week-end du solstice d’été). Très tentant, d’autant que l’événement propose des stars dans tous les domaines (cette année, on y trouvait les Foo Fighters, le rappeur Big Sean, ou le DJ Kerri Chandler) et des expériences uniques : des fêtes sur un glacier, dans un tunnel de lave et même une Midnight Sun Boat Party.

 

Où sortir ?

Autant le dire tout de suite : les DJ’s internationaux ne courent pas les clubs de Reykjavik. Quand ils passent, c’est en général au Paloma, un club du centre-ville, avec une salle principale et un sous-sol plus ou moins secret, un sound-system très correct et les meilleurs DJ’s locaux (BenSol, Exos ou Áskell). L’autre spot pour danser, c’est le Kaffibarinn, un bar devenu le rendez-vous des hipsters de la ville, qui accueille des DJ’s tous les soirs et des étrangers à l’occasion. Les Islandais exploitent aussi un territoire fertile pour les fêtes en pleine nature : pour cela, il faut suivre les deux DJ’s stars de l’île, Bjarki et Exos, qui montent régulièrement des raves dans des coins perdus. Il y a quelques semaines, ils ont emmené en bus une centaine de participants et la DJ russe Nina Kraviz pour une fête lunaire dans une grotte avec des danseurs déguisés en cosmonautes.

 

Conseils PRATIQUES :

Pour y aller :

En avion : la compagnie arérienne régulière islandaise Icelandair propose un aller-retour Paris-Reykjavík à partir de 240 €. Son option Stopover permet de combiner un vol USA ou Canada à une étape en Islande de 7 jours maximum sans aucun supplément. www.icelandair.fr/Vols

 

Se loger :

À Reykjavik : Hôtel Oddsson, l’un des meilleurs hôtels de la ville et petit bijou de design (www.oddsson.is)

 

Visiter :

Vous trouverez toutes les infos et détails pratiques concernant les excursions à effectuer sur l’île sur Visit Reykjavik. www.visitreykjavik.is

Pour ajouter un événement à votre wishlist, vous devez être connecté à votre compte !

Pas encore inscrit

Créer votre compte en quelques clics pour participer à nos jeux-concours, gagner des invitations exclusives et créer des wishlists dans votre espace personnel avec tous les articles et bons plans d’A NOUS PARIS qui vous intéressent.